PDA

Voir la version complète : Le 10ème mois de bourse incertain



Goublon
04-08-2011, 16:04
Bonjour à tous,

Lundi dernier, François Baroin (ministre de l'économie) a affirmé que l'Etat ne s'engageait pas sur le versement du 10ème mois de bourse aux étudiants, ajoutant que "le budget 2012 ne serait pas un budget qui aura pour objectif d'additionner des chèques pour faire plaisir à telle ou telle catégorie de population"
Cette déclaration fait suite à celle de Laurent Wauquiez (ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche) qui, quelques jours auparavant, avait émis des réserves sur l'application de cette mesure.

Rappelons qu'elle avait été promise par le gouvernement à la rentrée 2009, sous réserve que le calendrier universitaire des filières concernées s'étale réellement sur 10 mois.

Vous trouverez ci-après le communiqué de presse de la FAGE (Fédération des Associations Générales Etudiantes), répondant à ces dernières déclarations.

N'hésitez pas à rebondir sur ces dernières nouvelles !


Non Monsieur Baroin !
Le dixième mois de bourse n’est pas
« un chèque pour faire plaisir » aux étudiants !

Le 29 septembre 2009, le Président de la République promettait la mise en place d’un dixième mois
de bourse à la rentrée 2010. Mis en place seulement à moitié en septembre 2010, il fut une nouvelle
fois promis entièrement pour la rentrée prochaine.

Depuis l’automne dernier, la FAGE alerte régulièrement le Ministère de l’Enseignement Supérieur
sur l’extrême lenteur de ce dossier et l’absence de budgétisation des 80 millions d’euros
nécessaires pour que le Président de la République tienne sa promesse et sa parole de 2009.

Le dernier épisode de ce feuilleton date d’hier matin, lundi 1er août 2011 sur France Inter. Avec
mépris et condescendance, François Baroin décide de repousser l’urgence sociale étudiante en
indiquant que le «budget 2012 ne va pas être un budget qui aura pour objectif d’additionner des
chèques pour faire plaisir à telle ou telle catégorie».

Alors que les étudiants vont subir dès septembre prochain une augmentation des frais
d’inscriptions, des frais de sécurité sociale et du prix du ticket de restauration universitaire ;
alors que la France subit pour la première fois depuis de nombreuses années un recul de
l’accession des classes populaires à l’Enseignement Supérieur ;
cette annonce sacrifie une nouvelle fois une mesure nécessaire pour les étudiants au profit
d’une rigueur budgétaire. Pourtant Monsieur Baroin, investir pour la jeunesse n’est-ce pas investir
pour l’avenir de notre société ?

Pour la FAGE, l’absence de dixième mois de bourse à la rentrée 2011 est inacceptable et
inenvisageable. Il doit être budgétisé dès les prochaines semaines et versé aux étudiants en
septembre prochain.

Le Ministre de l’Economie ne peut dicter ses volontés aux autres ministères. La FAGE exige ainsi
que les promesses soient tenues et appelle à des arbitrages pertinents permettant le
financement du dixième mois de bourse.

Cougar
11-08-2011, 20:48
Y'a t'il un point sur lequel on peut réellement être actif dans cette histoire? (à part de la com' bien entendu).

JMVDC
11-08-2011, 21:46
dans les faits c'est pas un dixième mois mais un 9ème et demi. Ils ont rajouté un mois à la fin, mais il y en a un demi de supprimer au début (ou l'inverse)

Goublon
12-08-2011, 00:42
dans les faits c'est pas un dixième mois mais un 9ème et demi. Ils ont rajouté un mois à la fin, mais il y en a un demi de supprimer au début (ou l'inverse)

L'an dernier Valérie Pécresse - alors ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche- avait traîné des pieds pour la mise en place de ce 10ème mois de bourse. Au final il avait été annoncé que cela s'échelonnerait sur 2 ans : 9mois et demi en 2009/2010 puis 10 mois complets en 2010-2011.
Cf le site du ministère (http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid52937/9-5-mois-de-bourse-des-la-rentree-2010-et-dix-mois-en-2011.html).

Laurent Wauquiez (nouveau ministre de l'enseignement supérieur) a affirmé dans une interview à Libération (http://www.liberation.fr/societe/01012352778-l-objectif-du-dixieme-mois-de-bourse-doit-etre-tenu) que cet objectif "devait être tenu".

La question risque au final d'être tranché par Nicolas Sarkozy, comme ça avait été le cas l'an dernier avec la proposition de suppression du cumul APL/demi-part fiscale qui n'a finalement pas eu de suite.


Y'a t'il un point sur lequel on peut réellement être actif dans cette histoire? (à part de la com' bien entendu).

Par du lobbying au niveau local auprès de nos députés et sénateurs, dont l'appui peut s'avérer précieux.
C'est un outil qui peut être efficace, et cela peut commencer par une lettre d'Interassos (fédération des associations étudiantes de Toulouse).

Goublon
30-08-2011, 13:42
Bonjour à tous,

Laurent Wauquiez a annoncé la semaine dernière, au cours d'une réunion avec les organisations représentatives étudiantes (dont la FAGE), le versement du 10ème mois de bourse dès le mois prochain pour les étudiants bénéficiaires.

Voici le communiqué de la FAGE, publié en réaction à l'annonce de cette bonne nouvelle :


Dixième mois de bourse :
La FAGE satisfaite appelle à continuer les efforts!

Paris, le 26 août 2011

La FAGE qui a rencontré ce matin Laurent WAUQUIEZ, le ministre de
lʼEnseignement Supérieur et de la Recherche, se réjouit de la mise en
oeuvre du dixième mois de bourse. Cela résulte avant tout dʼune
nécessité sociale.

Cependant, le bénéfice des bourses concerne moins dʼun étudiant sur
quatre. Aujourdʼhui les classes moyennes sont les grandes perdantes.
Pourtant les leviers dʼaction en leur faveur sont multiples comme le Label
CROUS qui permet dʼaccréditer les logements privés respectant des
conditions dʼhébergement décentes à un loyer acceptable. Il doit être
généralisé afin de permettre à chacun de se loger dignement.

Il faut aujourdʼhui aider les étudiants salariés qui pour beaucoup sont issus
des classes moyennes et galèrent à joindre les deux bouts.

Aujourdʼhui les étudiants des formations Sanitaires et Sociales sont
toujours exclus de ce système de bourses. Il est plus quʼurgent de les y
intégrer.

Pour finir, il est urgent de financer la pédagogie, notamment en Licence,
pour réduire lʼéchec et offrir à chacun les moyens de son avenir
professionnel.

Ces conditions réunies permettront un Enseignement Supérieur qui se
donne avant tout les moyens de la réussite de lʼensemble des étudiants,
quelles que soient leurs origines.