PDA

Voir la version complète : Grêve du 5 octobre



Interne29
04-10-2007, 20:47
Le point le 4 octobre à 19h30, en grêve totale vendredi, on retrouve :
- Limoges
- Montpellier/Nîmes
- Besançon
- Paris
- Lille
- Brest
- Nice
- Toulouse
- Bordeaux
- Amiens
- Rouen
- Grenoble
- Dijon
- Poitiers
- Antilles
- Lyon
- Clermont
- Marseille
- Strasbourg
- Océan Indien
- Reims
- Saint Etienne
- Nantes
Caen : en AG hier (résultat ?)
EEG plat pour les villes suivantes : angers, tours... Si des représentants de ces villes pouvaient se manifester pour faire connaitre leur position...
Rennes et Nancy: pas de grêve totale :bide:

Dubonnet
16-10-2007, 13:56
Avant de parler grève, il est interessant de réflechir un peu. Le projet de loi actuel n'interdit en aucun aux futurs médecins de choisir où s'installer; elle limite seulement le conventionnement dans certaines régions. A priori, rien ne me choque dans cette lecture: rien de plus logique de ne pas conventionner la surpop pour la limiter; l'idée parait plutot bonne. On ne peut plus se limiter à des manoeuvres d'aide à l'installation qui ne fonctionnent pas. Après, il faut se demander : comment cela va t il être appliqué? à quel echellon (regional, cantonal...) ? quelles en seront les effets?

L'argument que j'entend beaucoup ces derniers temps: "on nous enlève notre liberté d'installation" me paraît le plus déraisonnable. Ne reflechissons pas pour nous mais bien pour une population que l'on doit soigner sans différence (que ce soit de région, de prix, d'accès au soin...). Comment tout en conservant notre système de secu actuel, pouvons nous mieux réguler la demo med ?

Cependant, en prenant des avis différents et réflechis, il est vrai que l'on peut se demander les repercutions de ce texte si les futurs médecins souhaitent s'installer quand même sans conventionnement: n y a t il pas un rique d'aggraver la médecine à 2 vitesses? N y a t il pas un risque de pousser à l' emergence des secu privées ?

L'AG de la CoMA de la semaine dernière avec présentation de la demo med puis débat sur le projet de loi n'est pas arrivé à des conclusions fort interessantes. En conclusion, la CoMA appelait les étudiants à rpendre en leur âme et conscience la décision de devenir gréviste sans pour autant que la CoMA soutienne ce mouvement pour l'instant.

A plus pour une autre reflexion

waro
16-10-2007, 14:43
[QUOTE=L'argument que j'entend beaucoup ces derniers temps: "on nous enlève notre liberté d'installation" me paraît le plus déraisonnable. Ne reflechissons pas pour nous mais bien pour une population que l'on doit soigner sans différence ?[/QUOTE]

Oui mais si on ne pense pas à nous un peu (on a le droit quand même) qui va le faire? On ne peut pas dire qu'ils se soient fatigués pour sortir une loi comme ça... en gros c'est tout dans les dents des médecins quoi... sachant que là ça va concerner les médecins libéraux, et que par définition, quand on fait un métier libéral ce n'est pas pour se faire dire ça à la fin des études.
Cela dit je suis d'accord pour qu'on règle le problème de la répartition, c'est évident, mais s'ils comptent le règler en imposant ce genre de loi (etsans concertation par dessus le marché ou alors avec des gens pas concernés), autant fonctionnariser les médecins c'est plus simple, et dans ce cas, il faut prévenir dès la P1 .
Bon enfin j'ai plein d'autres trucs en tête mais comme j'ai pas les détails de la loi, je vais pas m'avancer.

hoodoo49
16-10-2007, 17:09
moi ce qui m'énerve c'est l'absence d'impact médiatique du mouvement. Quelques secondes au JT, pas ou peu de reportage pour que le citoyen lambda comprenne pleinement la situation. Par contre, la grève de la sncf de jeudi prochain, ça on y a droit à tout bout de champ!!!a mon avis, la fin de la sécurité sociale, l'installation d'une médecine à deux vitesses, les franchises médicales, sont aussi imortantes que les retraites des fonctionnaires, non?

Je pense que si il faut penser un peu à nous, contrairement à ce que tu dis dubonnet, car ce que les gens hors médecine ne peuvent pas comprendre, c'est pourquoi, après 6 (ou 7 ou plus selon affinités) années d'étude et d'externat où il faut le dire nous n'avons aucun statut social, des études, sanctionnées par deux stupides concours, qui je pense que vous serez tous d'accord, sont particulièrement éprouvantes physiquement et moralement (renseignez vous sur le nombre d'étudiants en médecine qui chaque année pête un cable, et comparez le à celui des commerces, grandes écoles...); après 3 à 5 années suplémentaires d'internat , les gens ne comprennent pas pourquoi on ne veut pas forcément allez s'installer dans des zones rurales sous peuplées, dans lesquelles on ferme les écoles primaires, on ferme les petits hôpitaux, on ferme les commerces, les postes... donc des zones dans lequelles il n'y a aucune possibilité sociale pour nos femmes/mari et enfants, des zones dans lesquelles pour notre exercice il n'y a pas de moyens d'explorations complémentaires , pas de moyen d'exercer pleinement la médecine... C'est bien le problème non pas de la démographie médicale qui se pose en question de fond dans ce conflit, mais le problème de la démographie tout court.
Oui je veux bien m'installer en zone rurale mais en contrepartie je veux une école pour mes enfants, je veux que ma femme trouve un boulot pas trop loin, je veux aller acheter mon pain dans ma boulangerie au coin de la rue, poster mon courrier ou aller chercher des timbres à la poste de mon village et pas faire 50 bornes pour aller chez le coiffeur. Je veux que mes patients puissent faire leur hémoglobine glyquée facilement, qu'ils aillent faire une radio pour leur gosse dans l'hôpital du coin , que mes patientes accouchent dans leur hôpital de campagne....
Voilà le problème de fond. On n'est pas là pour réparer les erreurs des gouvernements. Le dicton qui dit que la médecine est un sacerdoce n'existe plus.
Enfin toujours est-il que quelque soit l'issue de cette crise, ce sont les patients qui en subiront les conséquences comme toujours dans ce pays qui s'assoit sur les valeurs fondamentales de la république en instaurant des tests adn pour les candidats à l'immigration; il est temps de changer notre adage liberté-égalité-fraternité parce que je pense que ce n'est plus du tout d'actualité...

CAP
16-10-2007, 17:49
pas mieux! je pense comme toi hoodoo49

y en a marre de payer les erreurs de nos ainés (ou plutot des gouvernements précedents) d'etre une génération sacrifiée pour quoi pour une solution qui ne sera que pire !
De plus les rapports montrent bien que ces moyens ne marchent pas !

Mais si certain pense qu'il faut continuer à courber l'echine comme nous savons si bien le faire soit mais vous viendrez pas vous plaindre quand la sécu n'existera plus et que nous serons comme aux USA !

Meuraïne
17-10-2007, 10:32
tout à fait d'accord avec vous Cap et Hoodoo49!!!

Pourqouoi les gens recherchent la ville??? Tout simplement parce que ne trouvent plus rien à la campagne!!!Même si c'est sympas d'habiter là-bas c'est qu'en même sacrément contraignant, pour les enfants, conjoint(e) et pour la vie quotidienne qui plus est!!! Si les politiques ceulent vraiment atirer les médecins dans les campagnes, il faut qu'il s'en donnent les moyens, réouvrir tout ces petits commerces et écoles ruraux...

Comme vous l'avez si bien dit ce n'est pas seulement le problème de la médecine de campagne mais surtout celui du dépeuplement des campagnes...

Luigi
17-10-2007, 10:56
Bonjour tout le monde,

N'ayant pas pu rester jusqu'au bout à l'AG d'hier soir, les gens qui ont eu la posssibiliter de le faire pourraient-ils communiquer globalement ce qui à été dit et ce qui a été finalement décidé au terme de la soirée ?

Mais je peux déjà un peu participer au compte rendu puisque je suis qd même bien resté 3/4 d'heure :)

En gros il a été fait le point sur la recontre d'hier de notre cher président avec les syndicats d'internes sur Bordeaux. Et ce qu'il en ressort c'est que la seule "proposition" (puisque comme d'habitude ca reste purmenet oral) qui est été faite est celle de mettre de côté l'amandement qui justifie toute notre agitation et de revoir le tout dans 3-4 ans. Et on nous à bien fait comprendre que apparement dans 3-4 ans il sera bien évidement trop tard pour négocier quoi que ce soit et qu'au mieux l'amendement sera modifier, annoter mais pas remplacer.
Les personnes qui étaient présentes hier ont été interrogées pour donner leur avis sur la chose et majoritairement les internes ne semblaient pas "satisfaits".
Les externes avec qui j'ai pu discuter ne semblaient pas non plus ravis.
En bref l'impression générale était que la "proposition" ressemblait plus à une un sucre d'orge pour nous dire gentiment d'arrêter de nous faire entendre plutôt qu'une avancée vers un discussion.

N'hésitez pas à corriger, discuter ou repréciser ce que je viens d'écrire et pour ceux qui sont restés jusqu'aux bout merci de nous tenir au courant des décisions prises.

Luigi
17-10-2007, 11:12
Re bonjour,

Juste un petit mot en plus pour que tout le monde soit à peu près au courant de ce qui ce dit.
Allez donc voir le post sur l'un des principaux forum d'e-carabin qui pond régulièrement les revues de presse.

http://www.e-carabin.net/showthread.php?t=49946&page=7

Après rien ne vous empêche de chercher par vous même sur les sites d'infos ;)

canette
17-10-2007, 14:01
Salut! Ils viennent de dire à l'instant sur TF1 (oui, je sais, super la réf, mais bon...) que les amendements qui devaient être enlevés (dixit Sarkozy lundi) viennent d'être rétablis...
Je suis tout à fait d'accord avec le fait qu'il faut essayer de régler le problème de démographie médicale, mais pas avec ce qui est proposé. En effet, même si on en est pas encore à t'obliger à t'installer dans tel ou tel bled, j'ai peur que l'on s'y dirige. Le non conventionnement en zone de forte démographie et à fortiori la discussion soulevée pour faire comme les inf libérales (seul le départ d'un médecin permettrai l'installation d'un autre) vont avoir des répercussions PARTOUT, pas seulement en zone de forte densité faut pas croire...notamment l'explosion du prix de vente des patientèles! Et cette loi arrange les médecins en place (rappelons que beaucoup de députés sont médecins).
Voilà mon avis.
Au niveau des choses à faire, il faut que vous sachiez que le préavis de grève pour les étudiants en médecine est déposé, alors si on arrive à réunir du monde pour bouger ...(enfin, ceux qui ne veulent pas de cette loi). Sachez que les externes, on sera les premiers concernés! (car même si grâce aux discussions, c'est repoussé de qq années, qui seront les internes? nous. Et ceux qui suivent.)

Eriatolc
17-10-2007, 20:17
Si les politiques ceulent vraiment atirer les médecins dans les campagnes, il faut qu'il s'en donnent les moyens, réouvrir tout ces petits commerces et écoles ruraux...

Bonsoir à tous,

Je suis loin d'être dans le niveau d'étude requis pour participer activement à ce débat, néanmoins, j'ai entendu parler du sujet. Je tiens à saluer les efforts de raisonnements qui ont été fait jusqu'ici par hoodoo49 et CAP en soulevant la vraie question de fond et en ne faisant pas les moutons de panurge (ce qui est je pense, la moitié des grèvistes...)

Je tiens donc juste à dire que la politique Française de ces dernières années est axée capitalisme et libéralisme et que plus on regarde, plus on se rapproche du système apparemment "merveilleux" de nos camarades Etats-Uniens. Autrement dit, les commerces qui ferment dans les campagnes, les villes qui meurent ne sont-ils pas les résultats d'une politique active d'urbanisation ? Dans ce cas là, pourquoi vouloir envoyer des médecins dans ces zones que l'on tente à tout prix d'urbaniser ou de faire périr pour en installer les habitants en ville ? Soit c'est moi, soit les politiques se contredisent absolument. Une "excuse" pour montrer au citoyen moyen qu'"ils" s'intéressent aux inégalités sociales et démographiques Française ? Et une occasion pour faire passer un peu les médecins pour les méchants (peut-être) ?

Sur ce bonne soirée à tous, et réfléchissez par vous-même ^^

Un humble P1 :D

Dubonnet
18-10-2007, 11:34
Oui je veux bien m'installer en zone rurale mais en contrepartie je veux une école pour mes enfants, je veux que ma femme trouve un boulot pas trop loin, je veux aller acheter mon pain dans ma boulangerie au coin de la rue, poster mon courrier ou aller chercher des timbres à la poste de mon village et pas faire 50 bornes pour aller chez le coiffeur. Je veux que mes patients puissent faire leur hémoglobine glyquée facilement, qu'ils aillent faire une radio pour leur gosse dans l'hôpital du coin , que mes patientes accouchent dans leur hôpital de campagne....
Voilà le problème de fond. On n'est pas là pour réparer les erreurs des gouvernements. Le dicton qui dit que la médecine est un sacerdoce n'existe plus.
Enfin toujours est-il que quelque soit l'issue de cette crise, ce sont les patients qui en subiront les conséquences comme toujours dans ce pays qui s'assoit sur les valeurs fondamentales de la république en instaurant des tests adn pour les candidats à l'immigration; il est temps de changer notre adage liberté-égalité-fraternité parce que je pense que ce n'est plus du tout d'actualité...

Alors là, je suis tout à fait d'accord avec toi. Alors allons jusqu'au bout de nos revendications: demandons en même temps le maintien du service public dans les zones rurales, déclarons haut et fort que nous sommes plus qu' attachés à notre système de SECU, demandons un "grenelle de la Santé" qui inviterait tous les spécialiste de la question mais aussi les futurs concernés (étudiants en médecine, en pharma, paramédical... mais aussi les futurs patients... ). C'est aussi un choix de Société... qui est actuellement décidé sans qu'on nous demande (à nous citoyens) exactement notre avis.
D'autres idées... Si vous voulez on peut faire voter une telle motion à l'AG de la ComA lundi.