PDA

Voir la version complète : Nouvelle diminution des cotations



bennysings
06-07-2010, 22:04
Lu dans le quotidien du médecin ce soir :

"Le plan de la CNAM pour économiser 2,2 milliards d’euros en 2011


Dans son rapport définitif « Charges et produits pour 2011 » qui sera examiné jeudi prochain, la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM) propose au gouvernement et au Parlement une vingtaine de mesures qui, si elles étaient suivies, pourraient procurer 2,2 milliards d’euros d’économies (dont 500 millions d’euros au titre de la maîtrise médicalisée en ville et 150 millions d’euros au titre de la lutte contre la fraude). Une boîte à outils en vue du prochain projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS).
• Information, prévention, patients chroniques
La CNAM veut développer l’information « institutionnelle » sur la santé, favoriser l’accompagnement des personnes souffrant de maladies chroniques (le programme SOPHIA, initialement mis en place pour les patients diabétiques pourrait être proposé aux patients souffrant de maladies respiratoires ou cardio-vasculaires), refondre en une seule ALD les 4 ALD cardio-vasculaires actuelles mais aussi sortir du régime ALD certains patients hypertendus.
• Alternatives à l’hospitalisation
La CNAM souligne la nécessité de modes de prise en charge « plus souples ». Elle suggère d’investir « plus fortement » sur la médecine de proximité (le rythme de progression des soins de ville pourrait dépasser celui des dépenses hospitalières), de miser davantage sur l’hospitalisation à domicile, de favoriser le développement de la chimiothérapie à domicile et de diversifier les modalités de prise en charge de l’insuffisance rénale chronique (la caisse souligne le retard français dans le recours à la greffe et la sous-utilisation de la dialyse péritonéale). Elle préconise également le développement de centres autonomes ambulatoires avec tarifs régulés et estime qu’une première expérimentation pourrait concerner l’intervention de la cataracte.
• Référentiels, CAPI, ententes préalables
Pour réduire la variabilité des pratiques, l’assurance-maladie met l’accent sur le développement de référentiels « dans les domaines de la rééducation et des arrêts de travail ». Elle propose aussi de s’attaquer aux écarts en matière de prescriptions médicamenteuses (fréquence de renouvellement des traitements et longueurs des ordonnances), de mieux faire respecter les référentiels de transports, de généraliser le CAPI (sur objectifs) dans la convention et de tester une « composante de rémunération à la performance pour les établissements ». Autre idée : mettre sous entente préalable les admissions qui paraissent peu adéquates dans les structures de soins de suite et de réadaptation (SSR).
• Tarifs
La caisse suggère de baisser encore les tarifs de biologie (notamment de réduire le prix des actes courants) et de rendre plus homogènes les tarifs des médicaments à efficacité thérapeutique équivalente. Autre piste : diminuer les marges réalisées sur certains dispositifs médicaux (bandelettes d’autocontrôle du diabète). Last but not least, la caisse recommande de « plafonner les dépassements » sur les actes d’orthodontie.
•Arrêts de travail
Deux mesures sont avancées : favoriser, lorsque la situation médicale l’autorise, l’arrêt maladie à temps partiel indemnisé (lorsque l’état et le traitement du patient ne nécessitent pas d’arrêt complet) ; et uniformiser les réglementations sur la mise en invalidité suite à un arrêt de travail.

› CYRILLE DUPUIS
Quotimed.com, le 06/07/2010 "


Baisser la cotation des actes en bio , ils l'ont déjà fait l'année dernière il me semble... Quand on voit la charge de travail supplémentaire due à l'accréditation, il y a de quoi râler. :mad: :mad: :mad:

C'est vrai, quoi! C'est parfaitement illogique de demander plus de qualité, plus de traçabilité, etc... et de diminuer la rémunération !

Ils font quoi nos syndicats ? Parce que là, ça vaudrait le coup de se bouger le c*l... flute alors !

sterne
06-07-2010, 23:53
On en est qu'au stade des propositions. Toutes ne seront pas retenues. Moi, je fais confiance à Roselyne :D.

Lentas
21-07-2010, 03:07
Merci pour ces infos bennysings.

Bonjour Sterne. Une remarque bien étrange de ta part ^^.
La politique du gouvernement est une politique libérale. Elle a pour objectif la diminution des coûts de dépense publique pour diminuer la charge sociale qui pèse sur les entreprises privées. Ceci permet de les rendre plus compétitives sur le marché internationale et permet en théorie de stimuler la production et l'embauche par l'exportation. Le pouvoir d'achat de la population se trouve lui augmenter par une baisse des tarifs (enfin ça c'est la théorie...). Mme Bachelot faisant parti du gouvernement on peut effectivement lui faire confiance pour en appliquer la politique.
Si cette mesure permet effectivement de diminuer les dépenses publiques sans risque électorale, elle sera appliquée.

Je rejoins Bennysings sur le "bougez votre cul les syndicats"...Encore qu'il serait illogique de voter une politique d'un côté et de ne pas en assumer les conséquences pour son propre corps de métier de l'autre.

taram
21-07-2010, 17:31
Pour cela, encore faudrait il avoir les données du cout des actes de biologie en Europe, car le gouvernement cherche à aligner la France à la baisse en prétendant qu'une NFS coute 10 fois moins cher en Allemagne, ce qui est faux, elle coute 2 fois moins cher mais c'est sans comprendre le prélèvement, sans tenir compte du forfait de 10 euros appliqué en Allemagne sur chaque ordonnance de bio et sans interprétation par un biologiste...

sterne
22-07-2010, 00:00
Source egora.fr:


Les radiologues inquiets d’un nouveau plan d’économies. Après que la Cour des comptes a proposé, dans son dernier rapport, de donner un coup de rabot sur les tarifs de la radiologie (et également sur ceux de l’anesthésie de la cataracte), la Fédération nationale des médecins radiologues (Fnmr) s’inquiète du fait que la Cour semble ne pas tenir compte « des dernières mesures touchant l’imagerie médicale libérale ». Pour la Fédération, « les mesures comptables déjà subies par la profession, qui s’élèvent à plusieurs centaines de millions d’euros en trois ans », auraient entraîné la disparition de nombreux cabinets de radiologie de proximité, ce qui remettrait en cause « l’accès aux soins des patients en zone rurale ».

De toute manière la chasse aux économies ne concerne pas que la Biologie. Toutes les spés rémunératrices sont ou seront concernées.